Meuse & Sambre, un chantier naval bien à flot !

Ce 23 août était un jour particulier pour toute l’équipe de Meuse & Sambre : le Miguel Torga, dernier né de la lignée des paquebots de croisière fluviale construits sur place, vient de quitter les eaux du chantier naval de Beez. Thierry Van Frachen, administrateur délégué de Meuse & Sambre, nous en dit plus sur ces 9 mois de travail intense , mais aussi sur les réalités de son secteur.


A l’âge plus que respectable de 110 ans, Meuse & Sambre est le dernier rescapé de l’industrie belge de la construction navale. « Notre chantier naval emploie 60 personnes, mais ce nombre peut doubler suivant le projet et via l’apport d’intérimaires », explique Thierry Van Frachen. « Nous travaillons principalement avec des monteurs et des soudeurs, avec des mécaniciens tuyauteurs et des électriciens, ainsi qu’avec quelques ingénieurs ».

Des capacités d’adaptation hors normes

Pour tenir le cap face à la concurrence intense venue des pays de l’Est et de la Chine, Meuse & Sambre a réussi à trouver la bonne formule. Thierry Van Frachen : « vu les différences de coût de la main d’œuvre avec ces pays, nous avons développé un créneau bien spécifique et qui fait la différence : nous construisons nos coques avec un maximum de rapidité et de souplesse, ce qui requiert une très grande flexibilité. On sort dès lors du schéma classique dans lequel la construction se fait sur la base de plans clairement définis à l’avance. Dans notre réalité, les spécificités d’un projet sont parfois modifiées en cours de construction, avec donc pour exigence des capacités d’adaptation hors normes ».

Miguel Torga, un chantier exemplaire

Le Miguel Torga s’est donc élancé ce 23 août sur les eaux de la Meuse pour rejoindre Strasbourg où les derniers aménagements du bateau seront finalisés. Et la construction de ce bateau de croisière fluviale illustre parfaitement ce nouveau paradigme de flexibilité et d’adaptation. « Ce bateau de 80 mètres de long et de 800 tonnes peut accueillir en cabines 120 passagers répartis sur 3 niveaux. Sa création a été bouclée en à peine 9 mois, ce qui est très peu pour un chantier de cette ampleur », précise Thierry Van Frachen. Le bateau sera utilisé par CroisiEurope, le commanditaire, pour effectuer des croisières sur le Douro, au Portugal. « Il faut savoir que ce marché de la croisière fluviale est porteur, car ce type de tourisme en croissance constante… ce qui est bon pour nous ! », poursuit Thierry Van Frachen.

Le bateau a en tout cas de quoi impressionner. Avec, à la clé, la réalisation de quelques prouesses techniques, comme la présence d’une piscine sur le pont supérieur, mais aussi une taille de fenêtres largement revue à la hausse par rapport à la norme. « Cela correspond à une demande du public, mais c’est tout sauf un détail », explique Thierry Van Frachen. « Car la souplesse de la structure une coque est un critère essentiel. Et ce changement de taille peut avoir un impact sur les performances structurelles, avec un risque potentiel de failles. Nous avons donc effectué une étude pointue pour nous assurer de la faisabilité de cette demande et garantir la qualité de notre réalisation ».

De la croisière à la barge pétrolière

Et même si ces bateaux de croisière fluviale représentent un marché important pour Meuse & Sambre, l’entreprise wallonne a d’autres cordes à son arc. Thierry Van Frachen : « Dans cette logique d’adaptation de nos compétences aux réalités du marché, nous construisons aussi d’autres types de bateaux : des bateaux restaurants, comme celui récemment livré à Paris et pouvant accueillir 400 personnes, des barques de passage, des barges pétrolières… Nous venons de livrer 4 barques passage en Afrique centrale et nous travaillons aussi depuis notre chantier de Liège sur une barge pétrolière de 2.000 m². Nous venons également de signer un projet de construction d’un bateau restaurant pour 200 personnes pour Lyon ».

Nouveau site en vue

Quant au futur proche de Meuse & Sambre, il se concentre aussi sur la modernisation des équipements et installations. « Nous disposons actuellement de 4 sites : Beez, Liège, Charleroi et Seilles. D’ici deux ans, nous aurons transféré les activités de Beez sur le site de Seilles, un site qui disposera d’installations plus performantes. »


Vous êtes gagnant ? Faites-le savoir !
Votre entreprise enregistre, elle aussi, des succès : nouvelle commande importante, innovation, extension, distinction, reprise de société… ? Faites-le-nous savoir ! Votre nouvelle sera publiée sur www.agoria.be ainsi que dans cette rubrique sur Agoria Online.

Comment vous y prendre ? C’est très simple : envoyez un texte d’une vingtaine de lignes maximum (de préférence avec photo) à redaction@agoria.be.

Membre d'Agoria ? Lisez plus d'articles sur le sujet sur Agoria Online, la plateforme d'information réservée aux membres d’Agoria.

Connectez-vous à Agoria Online